IMG_20150206_090550

Le protectorat de l'ombrelle, Tome 1, de Gail Carriger 

Sans âme

Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire et fille d’un père italien, mort. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, défiant la plus élémentaire des politesses, ne lui avait pas été présenté. Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, Écossais et loup-garou à ses heures – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Découvrira-t-elle ce qui se trame réellement dans la bonne société londonienne ? Qui sont vraiment ses ennemis, et aiment-ils la tarte à la mélasse ?

Mon avis :

J’ai reçu ce livre lors d’un swap l’année dernière, mais je ne l’avais toujours pas lu. Un challenge et un LC m’a permis de le sortir de ma PAL. J’ai même acheté le tome 2 (et 5) avant de commencer cette série, en espérant qu’elle allait me plaire.

Déjà la couverture et le résumé me plaisent beaucoup. Ca se passe au XIXème siècle, l’âge des modernités scientifiques, des « nouvelles technologies », des bals et soirées mondaines, des ragots de salon, des bienséances… C’est une époque qui me plait beaucoup le XIXème siècle pour toutes ces raisons, et pleins d’autres. Et l’auteur a su m’intéresser dès le début avec un bal et une bibliothèque !

 Une vieille fille de 25 ans, Alexia Tarabotti s’ennuie et a faim. Elle va donc dans la bibliothèque, pour lire et demande à manger. A ce moment là, un vampire arrive et tente de la mordre. Mais voilà, Alexia Tarabotti n’est pas une humaine comme les autres.

 J’ai adoré Alexia. Elle est italienne, intelligente avec un caractère fort et une peau mate, elle a des formes : C'est-à-dire tout le contraire des jeunes demoiselles de bonne société. Elle est intelligente, elle lit des livres, s’intéresse aux découvertes scientifiques. Le petit plus : c’est une vielle fille, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et n’a pas sa langue dans sa poche.

 Lord Maccon… un loup garou Alpha, beau, écossais, assez entreprenant, mais pas trop. Qui voudrais aller plus loin avec Alexia mais ne sait pas comment s’y prendre avec cette demoiselle qui ne « fonctionne » pas comme la meute. Ils se lancent des piquent tous les deux, jusqu’à ce que les convenances ne peuvent plus laisser le doute planer sur leurs intentions.

 Ce premier tome m’a beaucoup plu, on y trouve tout plein de chose qui m’intéressent : les modernités du XIXème siècle, la société londonienne et de l’action : tout n’est pas rose sous le règne de la Reine Victoria. La nouveauté est que les vampires, les loups garous, fantômes et autres créatures surnaturels sont intégrés à la bonne société londonienne. Imaginez la science qui tente d’y fourrer son nez. C’est original dans le style, on y trouve de l’humour, de l’action, et un peu de romance. J’ai bien fait de me procurer la suite 

D'autres avis par les participant de la LC : Randall83330UnityBouQuiNeTTe, LecturesenBChroniques Aléatoiresharmo20Mistigris,Yoda Bor, Petitepom, Livre En Folie, bebere, Elahbulle, didinegc, Didi8921

sans-titre