12799154_1054293194628934_9005262625643397326_n

 

resume1

Marie pensait avoir trouvé l’homme de sa vie, jusqu’à ce que son couple implose de façon brutale et scandaleuse. Anéantie, elle décide ne plus faire confiance aux mâles et surtout, ne plus rien leur passer. Ni dans sa vie privée, ni au travail.

Marie ne croit plus à l’amour, ce mirage source de tous les malheurs des femmes. Mais voilà, Marie a du cœur, une famille, des amies aussi tordues qu’elle et une soif de vivre qui n’a pas fini de la précipiter dans des plans impossibles.

resume

J’ai beaucoup aimé les premiers romans de la série « des chats » de Gilles Legardinier qui mêle humour et émotions. Malheureusement avec celui-ci, je n’ai pas retrouvé ce mélange qui a fonctionné avec les premiers. Ca a été une déception.

Je sais que ce roman a plu à beaucoup de personne, mais ça ne l’a pas fait avec moi, pour plusieurs raison. Je pense que je ne m’attendais pas à ce que j’ai lu. Je ne sais pas pourquoi, mais même classé en Chick-lit, je ne pensais pas lire de la Chick-lit.

On est avec Marie, qui vient de se faire larguer par son mec avec qui elle vient de passé 10 ans de sa vie. Un homme qui n’en a rien à faire d’elle puisqu’il la trompait avec une plus jeune. On se retrouve donc avec des réflexions sur la vie et les hommes, des réflexions qui m’ont paru longues et répétitives. Et en même temps que Marie s’apitoie sur son sort, elle reçoit une lettre d’un amoureux mystère, et malgré tout ça, elle veut savoir qui c’est et elle croit déjà que c’est le prince charmant.

Voilà, il y a dans le personnage de Marie une chose qui ne m’a pas plu : elle se contredit dans ses réflexions. Elle veut devenir « une méchante » avec les hommes, mais dès qu’un homme vient la voir, elle l’imagine déjà comme son futur prince charmant. Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire…

Ensuite j’ai trouvé quelques événements assez invraisemblables, qui je veux bien le croire semblent drôle, mais qui moi m’ont fait levé les yeux au ciel. Je pense à une scène où les employés de la boite où Marie bosse vont essayer de récupérer un dossier dans le bureau du PDG absent, en mode « James Bond » (passage dans les conduits d’aérations, collègues « espions planqué au bout du couloir, talkie-walkie, et diversion « je soulève mon soutif devant le méchant »…)

Enfin la fin je l’ai trouvé cliché ! C’est du genre « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants » !

Je peux comprendre que ce roman plait, malheureusement ce ne fut pas le cas avec moi. Je n’ai pas réussi à m’attacher à Marie, ni à ce qui lui arrive. Pour moi trop cliché. Alors je ne l’ai peut-être pas lu au bon moment, peut-être que j’en attendais trop… je ne sais pas. Mais ça ne m’empêcheras pas de lire d’autres romans de cet auteur.