IMG_20151007_205103

La femme aux fleurs de papier, de Donato Carrisi

CaptureK

carrisi

CaptureC

Je remercie Babelio et les éditions Livredepoche pour ce partenariat.

J’adore les romans de Donato Carrisi. Ces thrillers sont vraiment très prenants. Je suis contente d’avoir pu lire celui-ci, qui est pourtant différents de ces autres romans que j’ai lu.

On se retrouve propulé en 1916, lors de la Première Guerre Mondiale. Les Autrichiens ont fait prisonnier un soldat italien. Pour le faire parler et lui faire révéler son identité pour un futur échange, ils font appel à Jacob Roumann, médecin de guerre. Sauf que… ce prisonnier a décidé de lui raconter une histoire. Qui tourne autour de trois questions. Qui est Guzmann ? Qui suis-je ? Qui était l’homme qui fumait sur le Titanic.

Ce roman n’a rien d’un thriller : pas de sang, pas de tension, pas de suspense psychologique… non, juste une « tension » lors du récit de cet homme car on se retrouve dans la peau du médecin. Donc on est tributaire de son écoute. Si le médecin est dérangé par ces obligations de la guerre, le récit est coupé, donc on est dans cette même frustration d’attente que l’est le médecin.

Oui, frustration car ce récit est intéressant. J’ai été transporté par le récit, lestyle de l’auteur est plus « poétique » que ces thrillers. Je voulais savoir qui était cet homme sur le Titanic. Je voulais connaître Guzmann. Et enfin je voulais savoir qui était ce prisonnier, et pourquoi il a décidé de raconter cette histoire.

Ce roman se lit très vite, 200 pages que je n’ai pas vus passé. Ce fut une lecture sympathique, même si moins thriller que je l’aurais pensé.