11846558_952810674777187_7351572307683151694_n

Eden, Tome 1, de Serge Boudoux et Cécile de Laget 

Le serpent qui siffle dans ma tête 

De l'innocence à la connaissance, sans mémoire rien ne peut subsister, avec tout peut basculer.
Une enfance perdue, une mémoire mutilée, Eden a dû se choisir un nom, une vie, une passion.
Alors qu'elle a tout pour elle, surgit de son inconscient des cauchemars et un serpent qui vont empoisonner son existence, perturber son équilibre et lui faire vivre un véritable enfer. Dans l'espoir de se débarrasser de ses démons, elle s'enfuit sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, possédée par des visions d'horreur, de meurtres, de dépravations et des angoisses terrifiantes. Réalité et fiction vont se confondre.
Dans ce bras de fer du bien contre le mal, de la raison contre la folie, un psychiatre et une jeune policière vont s'affronter jusqu'à une vérité impitoyable.

 

Mon avis :

Merci aux éditions Baudelaire pour cet envoi

 

J’ai commencé ce livre en parallèle d’une lecture plus dense, parce que j’avais besoin de relâcher la concentration. Il est parfait pour ne pas se prendre la tête.

J’avoue qu’avec ce résumé, c’était tentant. Je voyais pas mal de tension, de doute de la part d’Eden, des visions troublantes… En fait j’ai été déstabilisée au départ car on ne suit pas Eden, mais on nous raconte son histoire. Une policière, Laurence, veut prouver la culpabilité d’Eden pour des meurtres qu’elle aurait commis. Pour cela elle va rencontrer le psychiatre qui la suit depuis son enfance et va raconter à cette policière ce que cette femme a vécu.

Eden est une jeune femme qui a perdu la mémoire de sa petite enfance suite à un accident, et qui depuis vit avec l’angoisse des hommes, un serpent dans sa tête et de cauchemars récurrents assez dérangeant. Elle va faire LA rencontre et vivre LA déception. Pour se retrouver, elle a besoin de partir. Oui mais voilà, ils se passent des choses étranges sur son passage. Des meurtres ont eu lieu là où elle se trouve.

Le « but » de ce roman est de savoir si Eden est coupable ? De comprendre pourquoi elle a « un serpent dans sa tête » ? Qui est cet homme dans ses cauchemars ? Il faut relier tout ça, et découvrir la vérité.

Je trouve le style assez déconcertant : il y a des moments j’ai eu l’impression d’avoir une citation de promotion : « attachez votre ceinture, j’espère que vous avez le cœur bien accroché […], je vais essayer de vous raconter celle-ci le plus simplement possible. Mon récit vous plonge en juin 2009 ». Il y a d’autres moments où on retrouve des passages plaisant à lire, de la poésie... Et juste à côté de ça, ça devient cru et vulgaire (sexuellement parlant). C’est déstabilisant, et je n’ai pas vraiment adhéré à ces moments. Je les ai trouvés grossier et lourd et non ce qu’ils auraient surement dû être, érotiques.

Je me suis attachée aux personnages de Laurence, en quête de vérité. Qui veut à tout prix montrer à ses supérieurs qu’elle a beau être une femme, elle a de l’intuition. De même qu’à Eden, cette jeune femme victime d’hallucinations. Son personnage évolue au fil de l’histoire, et même à la fin on se demande encore : est-elle réellement guérie de sa folie hallucinatoire ?

L’histoire en elle-même est intéressante : on veut comprendre pourquoi Michel-Ange est important dans l’histoire d’Eden. Pourquoi un flic s’intéresse à sa vie ? Qu’est-ce qu’Eden a pu faire ? Bref, on s’intéresse à son histoire. Et même si je n’ai pas ressenti toute la tension que les auteurs ont voulu faire passer, j’ai trouvé très sympathique de lire ce roman. Il constitue une bonne pause livresque, sans prise de tête véritable. De plus ça se lit assez vite.