IMG_20150711_185954

Le protectorat de l'ombrelle, tome 4, de Gail Carriger 

Sans coeur 

Lady Alexia Maccon a de nouveau des problèmes. Sauf que cette fois elle n’y est vraiment pour rien. Un fantôme fou menace la reine ! Alexia est sur l’affaire et suit une piste qui la conduit droit dans le passé de son époux. Mais la coupe est pleine quand sa sœur rejoint le mouvement des suffragettes – choquant !, avec la dernière invention mécanique de Madame Lefoux et une invasion de porcs épics zombies… Avec tout ça, Alexia a à peine le temps de se souvenir qu’elle est enceinte de huit mois ! Alexia découvrira-t-elle qui tente d’assassiner la reine Victoria avant qu’il soit trop tard ? Les vampires sont-ils encore coupables, ou est-ce qu’un traitre se cache parmi eux ? Et qui ou quoi, exactement, a élu résidence dans le deuxième dressing préféré de Lord Akeldama ?

 

Mon avis :

J’avance dans cette série et je continue d’aimer.

On retrouve une Alexia enceinte, toujours aussi hilarante que dans les premiers tomes. Toujours à se mêler de tout et à se retrouver dans des affaires surprenantes : Qui est ce fantôme qui vient la prévenir qu’on est veut à la Reine ? Des porc-épics qui attaquent le coupe Maccon dans la voiture ? Sa sœur qui a décidé d’être pour le combat des droits de la femme ? Un arrangement des plus surprenants pour le bébé à venir, avec un vampire, et un placard ? Mais qu’est ce qui se passe ?

Encore un roman bourré d’humour, et dans lequel on ne se lasse pas de suivre les aventures d’Alexia Tarabotti. Elle a toujours le chic pour se mettre dans des situations rocambolesque et la répartie pour nous faire rire.

Les autres personnages ne sont pas en reste : Lord Maccon qui va devoir surveiller sa femme pour lui éviter de se faire tuer. On en apprend un peu plus sur le professeur Lyall et son passé : un point qui m’a beaucoup plu. Cet homme a souffert, et on comprend pourquoi ici. C’est un personnage que j’apprécie beaucoup. 

Meme Lefoux que je vois d’une manière différente : elle a bien mérité son sort à la fin.

Enfin dans ce roman les éléments steampunk sont toujours autant présent, même plus. Les inventions sont toutes plus machiavéliques les unes des autres, et celle de la fin assez surprenante. Elle cause autant de dégât qu’elle sert à Alexia.

Mais malgré tout ce cocktail explosif d’action et d’humour, j’ai trouvé ce tome mois prenant. Je ne sais pas si c’est parce que le dernier avait fait fort niveau révélation, mais celui-ci m’a paru moins captivant. Cela n’empêche que je lirai la suite et dernier tome avec plaisir.