IMG_20150507_184610

Fenêtre sur crime, de Linwood Barclay

Agoraphobe et schizophrène, Thomas Kilbride n'a pas quitté sa chambre depuis quinze ans. Sa seule ouverture sur le monde : son ordinateur, et l'application Whirl360, un site de cartographie en ligne dont il mémorise chaque détail, persuadé que ses connaissances pourront servir à la CIA.

Et puis, un jour, alors qu'il arpente virtuellement les rues de Manhattan, Thomas voit, il en est sûr, le visage d'une femme à la fenêtre, asphyxiée dans un sac plastique.
Peut-on encore la sauver ? Doit-il prévenir la police ? Qui pour croire les propos d'un témoin aussi peu fiable ?

Une seule personne peut l'aider : son frère, Ray, qui avait choisi de prendre ses distances avec la folie de Thomas. 
Cette fois pourtant... Et si Thomas avait réellement assisté à un meurtre ? Et s'il y avait un tueur en liberté ? Et si tout cela n'était que le début d'une terrifiante course-poursuite ?

 

Mon avis :

 Je remercie les éditions J’ai lu et Babelio pour ce partenariat.

Je n’avais encore jamais lu de roman de cet auteur, ce livre m’a permis de découvrir sa plume. Et j’ai apprécié ce que j’ai lu. J’ai passé un bon moment de lecture.

L’intrigue porte sur un meurtre qui aurait eu lieu à une fenêtre. Une fenêtre à des kilomètres de là où se trouve la personne qui le voit. Cette personne, c’est Thomas. Thomas a quelques problèmes psychologiques, il passe son temps derrière son ordinateur à mémoriser des rues, des villes sur des sites de cartes. Il croit à un complot dont il serait le seul à pouvoir aider la CIA à le résoudre. C’est un personnage qui m’a touché. Il croit sincèrement en ce qu’il fait, il n’est pas adapté à la vie « normale », il ne sait pas faire à manger, ne sait pas faire le ménage, les parents ont toujours tout fait pour lui, croyant que c’était mieux comme ça.

Mais quand son père meurt, son frère essaie de lui faire comprendre qui lui aussi a un travail, et qu’il ne peut pas tout faire. Malgré tout Ray, est assez compréhensif. Il prend énormément sur lui. Il veut que Thomas s’en sorte. C’est pourquoi il va à New York, à cette fenêtre où Thomas croit avoir vu un meurtre.

Sans savoir qu’il déclenche quelque chose. Ce n’est pas juste un meurtre qu’ils vont découvrir. C’est tout une « affaire qui a foiré » qui va être découverte. J’ai été tenu en haleine jusqu’au bout de ce livre (mais sans ressentir de grande tension comme je m’y attendais). Ce roman est surprenant et très bien mené, jusqu’à la dernière ligne.

J’ai beaucoup aimé ce livre, surtout en grande partie pour les personnages de Thomas et son frère Ray. Je lirai d’autre roman de cet auteur je pense.