couv74632628

Cyrano de Bergerac, d'Edmond Rostand

La gloire d'Edmond Rostand est inimaginable aujourd'hui. Ses contemporains le tiennent pour le plus grand écrivain de tous les temps. Cyrano de Bergerac suscite une véritable adoration, indéfiniment renouvelée. On devrait encore savoir par cœur ces vers piaffants, cliquetants, étourdissants, à l'image de ce héros romantique et baroque, de ce d'Artagnan amoureux. Savant fou tombé de la Lune ou ferrailleur éblouissant, si tous les Français se reconnaissent en lui, s'il nous arrache des larmes, c'est parce qu'il est vrai, d'une profonde vérité humaine. C'est lui que Roxane aimait, son intelligence, son esprit, et non le beau et ennuyeux Christian. Cyrano est une part de nous-mêmes, le vengeur des humiliés et des offensés, des timides et des ratés de l'amour. À la fin de l'envoi, c'est toujours lui qui gagne.

 

Mon avis :

C’est difficile de faire une chronique sur une pièce de théâtre, mais j’ai réussi à écrire quelques mots.

Je connaissais le personnage de Cyrano, sans avoir lu la pièce, mais le mieux est toujours de lire l’œuvre ! Une très belle découverte.

Cyrano est un homme de guerre autant qu’un homme de poésie. Il sait manier l’épée autant que les mots ! Et il sait autant faire mal ! Avec son physique il est susceptible et quiconque ose se moquer de son nez, c’est parti pour un duel. Il a de la reparti, il sait ce qu’il vaut au combat, mais il prend peur devant une femme. Notamment la belle Roxane. Sa cousine, dont il est amoureux. Mais elle en aime un autre. Pour ses mots, ses belles lettres. Si elle savait !

Et la fin est très émouvante, se rendre compte de ce qui s’est vraiment passé il y a 15 ans et ne pas pouvoir réparer les choses.

Une pièce à découvrir.