IMG_20150228_190435

Nymphéas noirs, de Michel Bussi 

Tout n'est qu'illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels. Au coeur de l'intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une vieille femme aux yeux de hibou qui voit tout et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux Nymphéas noirs. Perdues ou volées, telles les illusions quand passé et présent se confondent et que jeunesse et mort défient 

 

Mon avis :

Pour moi Bussi est un auteur qui ma énormément plu dans Un avion sans elle. Une vrai bonne découverte. Et puis j’ai vu d’autres de ses romans sans me lancer. Ce roman fait partie de mes cadeaux de Noël, il me faisait assez envie.

En deux mots : agréablement surprise.

J’ai eu du mal dans cette lecture à plusieurs reprises, mais pas du mal dans le genre ça ne me plait pas, bien au contraire. Mais parce que c’est un roman très axé Art impressionniste et moi, l’art, je suis une quiche. Donc certains passages m’ont parus longs. Mais paradoxalement, j’ai aimé découvrir par le biais des descriptions le village de Giverny. Un peu comme si Bussi nous peignait le village.

J’ai eu aussi du mal avec les personnages. Je n’arrivais pas à les cerner, je les trouvais trop quelques chose, trop ceci, trop cela. Pas comme ça. Ils avaient quelque chose de louche dans leur façon d’être que je n’ai pas réussi à m’attacher à eux, je ne les comprenais pas.

Et puis c’est là qu’arrive le final, et ma surprise. J’ai cherché hein, comprendre le pourquoi, le comment. Mais de toute façon je n’ai rien vu venir. C’est là que l’auteur a su me montrer son talent ! Il s’est joué de moi, et je suis contente ! Si j’avais su ! Je comprends mieux les personnages à la fin !