couv2202917

Les Misérables, Tome 2, de Victor Hugo 

Cosette 

Loin de n'être que le récit de la réhabilitation d'un forçat évadé victime de la société, Les Misérables sont avant tout l'histoire du peuple de Paris. Jean Valjean, et le lien qui l'unit à Cosette, en est le fil conducteur et le symbole. A travers sa vie et ses rencontres apparaît l'image d'une humanité misérable mais pleine de grandeur, dont il semble être l'archétype. Homme du peuple par excellence, damné et accablé par les humiliations successives, Jean Valjean prend sur lui le péché du monde et l'expie. Dans son effort incessant pour se racheter, il assume un destin tragique qui nous renvoie le reflet de l'humanité en marche.

 

Mon avis : 

Comme le premier tome,j’adore ! Pas un coup de cœur pour cette fois ci, mais pas loin. Pourquoi pas un coup de cœur ? Tout d’abord parce que j’ai trouvé que dans ce tome, il se passait moins de chose en terme « d’action ». L’auteur nous parle beaucoup plus de ce qui se passe durant ces années là que des personnages rencontrés dans le tome 1. On a eu droit à la bataille de Waterloo, à toute une description de ce qu’il s’y est passé. Et même si je ne lis pas ce type de récit, sur l’Histoire habituellement, j’ai aimé comment Hugo le raconte. Mais c’est aussi dans la suite, au final, dans ces 300 pages, on a juste Jean Valjean qui récupère Cosette, s’enfuit parce que Javert le poursuit, et le couvent. D’ailleurs comme pour la bataille de Waterloo, l’auteur nous a mis « un livre » sur la façon de vivre du couvent et la religion. Celui-ci je l’ai trouvé un peu long. Pas inintéressant, mais un peu long.

Mais j’ai été heureuse de retrouver Jean Valjean, et Cosette. Ce sont deux personnages que j’aime beaucoup (pour le moment ^^) et auxquels je me suis attachés. Jean Valjean, en fuite constante, veut rendre Cosette heureuse après ce qu’elle a subit chez les Thénardier et va tout faire pour lui trouver un foyer. Par contre je ne sais pas quoi penser de Javert. J’espère en apprendre plus sur lui dans les prochains tomes. 

 

Challenge Chacun son époque

sans-titre