couv50470554

Le prisonnier du ciel, de Carlos Ruiz Zafon

 

Barcelone, 1957. La sonnette tinte sur le seuil de ma librairie Sempere. Le client s’approche de Daniel en boitant. L’objet de sa visite ? Un magnifique exemplaire du Comte de Monte-Cristo… Qu’il laisse à l’attention de Fermin, en congé, accompagné d’un curieux message du passé…

C’étaient les heures noires du franquisme : à la prison Monjuïc, parmi les damnés du régime, Fermin portait le numéro 13. Les fantômes refont surface. Dans l’ombre, le Cimetière des Livres Oubliés cache toujours son secret…

 

Mon avis :

J’ai adoré les deux premiers tomes. L’ombre du vent a vraiment été un coup de cœur pour moi quand je l’ai lu, j’ai mis du temps avant de me replonger pleinement dans un autre livre tellement celui-ci m’avait plu.

Le prisonnier du ciel est le troisième tome après Le jeu de l’ange. L’auteur nous prévient que les trois peuvent se lire indépendamment l’un de l’autre, mais qu’au final tous se rejoignent. Je ne me souviens plus trop du tome 2, et pourtant, même si cela ne m’a pas gêné plus que ça dans ma lecture, j’aurai aimé m’en souvenir car on retrouve des personnages, et on en apprend plus sur eux.

Je ne connais cet auteur que pour ces trois livres, mais je le trouve génial, il a créé un univers qui m’a fait fondre sous sa plume. J’ai voyagé dans cette Barcelone des années 30/50. J’ai pris plaisir à suivre le parcours des personnages que j’aimais, leur histoire dans cette ville en guerre. Et enfin comprendre les aboutissants des deux autres livres.

Je ne peux que vous conseiller de lire ces romans, ce sont des livres « magiques » : on se ballade dans un autre monde, on visite l’Espagne, on parle de livres, de secret… Bref, de quoi passer de bons moments. 

 

Ce livre entre dans le challenge Virée Littéraire Européenne :

62545_banni_re_vle