48067691

Le livre des choses perdues, de John Connolly

David a 12 ans et plus de maman. Son père s'est remarié et il a maintenant un demi-frère. C'est pour oublier tout cela qu'il se réfugie dans la lecture. Une nuit, David entend sa mère l'appeler et découvre un passage caché derrière les buissons, au fond du jardin. Il se retrouve alors propulsé dans un univers parallèle, un monde étrange peuplé de trolls, de Sires-Loups et de créatures effrayantes... Grâce à l'aide du Garde Forestier et d'un chevalier, David, après bien des épreuves - énigmes à résoudre, pièges à déjouer, combats à livrer -, rencontrera un vieux roi qui conserve ses secrets dans un livre mystérieux, Le Livre des choses perdues, clé qui lui permettrait de regagner le monde réel.
Mais l'Homme Biscornu, être maléfique qui épie David depuis son arrivée, ne l'entend pas de cette oreille. Il a pour le jeune garçon bien d'autres projets...

 

Mon avis :

Pas loin du coup de cœur. Ce roman est juste magnifique. Tellement poétique. John Connolly m’a emporté dans son monde, dans « son histoire », celle qui doit être lue et « veut » être lue. David perd sa mère, son père se remarie et sa nouvelle femme attend un bébé : Georgie. David n’en veut pas, il veut sa vie d’avant, celle avec sa mère et ses histoires. Puis il se retrouve dans un autre monde derrière un passage au fond du jardin. Ce monde est peuplé d’étrange créature, à en faire des cauchemars : des Sire-Loups, des Trolls, l’Homme Biscornu. C’est dans ce monde que David va grandir, se trouver, et comprendre que la vie, sa vie n’est pas dans ce monde tout droit sorti de conte de fées, malgré tout ce qu’à pu lui dire l’Homme Biscornu. Mais dans son monde, même s’il souffre, qu’il perd les gens qu’il aime, qu’il vieillit, et que lui-même mourra. C’est son histoire.

L’auteur nous livre une histoire tellement belle. 

 

 Et juste par ce que je trouve cet extrait magnifique :

"Les histoires sont différentes : elles se mettent à vivre dès qu’on les raconte. Sans une bouche humaine pour les lire à haute voix ou une paire d’yeux écarquillés sous les draps, les parcourant à la lumière d’une lampe de poche, elles n’ont aucune existence réelle dans notre monde. Elles sont comme des graines dans un bec d’oiseau attendant de tomber en terre, ou comme les notes d’une chanson sur du papier réglé se languissant de rencontrer l’instrument qui donnera naissance à leur musique. Elles restent endormies, dans l’espoir de se réveiller un jour. Mais quand quelqu’un se met à les lire, elles commencent à se transformer. Elles s’enracinent dans l’imagination du lecteur et peuvent le métamorphoser. Les histoires veulent être lues, disait la mère de David dans un murmure. Elles en ont besoin. C’est pour cette raison qu’elles quittent leur monde pour se frayer un chemin jusqu’au nôtre. Elles veulent qu’on leur donne la vie."

 

Ce livre rentre dans le challenge Virée Littéraire Européenne

62545_banni_re_vle