chow-ching-lie

Le palanquin des larmes, de Chow Ching Lie

« Je suis née dans la Chine de la misère et des larmes. Petite fille, j'ai souffert et pleuré de bonne heure. J'étais jolie : ce n'est pas un mérite, ce fut une malédiction. Laide et difforme, je n'aurais sans doute pas été mariée de force à l'âge de treize ans ». Choisie pour son exceptionnelle beauté, Chow Ching Lie est contrainte d'épouser l'héritier d'une des plus grosses fortunes de Shanghaï. Elle incarne ainsi, sous le règne de Mao Tsé-Toung, le drame de la femme chinoise et de son asservissement séculaire.
D'un bouleversement à l'autre, Chow Ching Lie est donc soumise à rude épreuve. Heureusement, son don pour la musique la sauve. Envers et contre tout, elle poursuit ses cours de piano et entre au Conservatoire. Artiste et virtuose, elle voit alors s'ouvrir à elle une carrière internationale

 

Mon avis :

Récit touchant que nous livre l’auteur sur sa vie, autant personnelle que culturelle et politique. Mais les deux ne sont-ils pas liés ? Avec beaucoup d’émotion elle nous livre son combat d’être chinoise, naître fille dans un pays où les femmes ne sont que soumission et obéissance, dans un pays en pleine guerre et révolution. De jeune fille adorée par son père à servante auprès de sa belle famille suite au mariage forcée au fils ainé à l’âge de 13 ans. La naissance de ses enfants et la musique la sauvera, elle cherchera dans la musique la force de vivre pour ne pas abandonner ses enfants. 

 

Ce livre rentre dans le challenge L'énigme des 5 continents 

carte-monde-pays-drapeau