51Ye8MlAAXL

Auprès de moi toujours, de Kazuo Ishiguro

Kath, Ruth et Tommy ont été élèves à Hailsham dans les années quatre-vingt-dix ; une école idyllique, nichée dans la campagne anglaise, où les enfants étaient protégés du monde extérieur et élevés dans l'idée qu'ils étaient des êtres à part, que leur bien-être personnel était essentiel, non seulement pour eux-mêmes, mais pour la société dans laquelle ils entreraient un jour. Mais pour quelles raisons les avait-on réunis là ? Bien des années plus tard, Kath s'autorise enfin à céder aux appels de la mémoire et tente de trouver un sens à leur passé commun. Avec Ruth et Tommy, elle prend peu à peu conscience que leur enfance apparemment heureuse n'a cessé de les hanter, au point de frelater leurs vies d'adultes. Kazuo Ishiguro traite de sujets qui nous touchent de près aujourd'hui : la perte de l'innocence, l'importance de la mémoire, ce qu'une personne est prête à donner, la valeur qu'elle accorde à autrui, la marque qu'elle pourra laisser. Ce roman vertigineux, porté par la grâce, raconte une histoire d'humanité, de conscience et d'amour dans l'Angleterre contemporaine. Ce chef-d'œuvre d'anticipation est appelé à devenir le classique de nos vies fragiles.

 

Mon avis :

Ce roman m’a plu mais m’a perturbé.  Le style est fluide, j’ai apprécié. Il y a une atmosphère particulière dans son roman. Il créé une distance, un malaise que j’ai ressenti dès le départ, mais qui m’a tenu en haleine jusqu’au bout. J’ai du mal à en parler car il en dit peu, comme si le monde qu’il décrit est le notre. Et je pense que c’est la différence avec un roman imaginaire, on ne nous explique pas dans quel monde les personnages vivent.

L’histoire est perturbante, et les personnages assez spéciaux. La narratrice Kathy nous raconte ses souvenirs. Dès le début elle nous parle de ce qu’elle est : accompagnante. Et je n’ai pas tout compris. Mais on le découvre en même temps que ses souvenirs et dans quel monde elle vit. Ses conditions de vie, ses « amis », ses expériences, et les théories sur leur existence : ils n’ont pas de preuve de ce qu’ils peuvent avancer, ils n’entendent que des rumeurs, des non-dits, ou des phrases ici ou là.  Ils ont toujours cru à certaines possibilités pour à la fin apprendre que non, il n’y a rien d’autres que ce à quoi on les a créé/formé. Et c’est en même temps déstabilisant.

J’ai ressenti une distance par rapport aux personnages de Kathy,  Ruth et Tommy. Je n’ai pas apprécié Ruth qui préfère humilier, manipuler et jouer avec les sentiments de Kathy et Tommy pour se faire accepter par d’autres. Tout doit tourner autour d’elle. Et Tommy, je n’ai pas compris comment il pouvait sortir avec elle après les humiliations qu’elle lui fait subir. Ni comment Kathy elle-même ne lui dit rien. Même adulte, ça lui parait encore normal. Il manque de l’émotion, des sentiments dans cette amitié entre les trois personnages. J’ai trouvé leur relation « froide ». 

Je lirai surement d'autres romans de cet auteur car son style m'a plu, malgré une histoire déroutante. 

Ce livre rentre dans le challenge L'énigme des 5 continents

carte-monde-pays-drapeau